• barbara Hepworth avec le plâtre pour Garden Sculpture (Model for Meridian) (BH 246) (bronze, 1958, édition de 6) dans le jardin des ateliers trewyn, juin 1960. Courtesy : Bowness.
  • Hepworth with Figure (Archaean) (Bronze, 1959, BH 263, édition de 7) in Trewyn garden, 1961. Photo © Rosemary Mathews. Courtesy : Bowness.
  • Hepworth s'inspirant de Rosewall, au dessus de Saint Ives (depuis le film de John Read (BBC) Barbara Hepworth, 1961)
  • barbara Hepworth dans le jardin des ateliers Trawyn, 1957. Photograph Studio St Ives. Courtesy : Bowness.
  • barbara Hepworth dans les jardins des ateliers Trewyn avec Cantate Domino (Bronze, 1958, BH 244, édition de 6), 1958 circa. Courtesy : Bowness.
  • Contrapuntal Forms (Pierre Bleue Celtique Irlandaise, 1950-51) dans le South Bank de londres durant le Festival of Britain, 1951. Courtesy : Bowness
  • Hepworth à l'exterieur des ateliers de Trewyn, 1968. Photo © Peter Kinnear. Courtesy : Bowness
  • le musée de barbara Hepworth Museum, Saint Ives, 1976. Courtesy : Bowness.
  • Hepworth en train de sculptre Pendour (bois poli, couleur,1947) Chy-an-Kerris, baie de Carbis, 1947. photo prise probablement par Ben Nicholson. Courtesy : Bowness.
pause 1/9 Photos

1976 – 2016 : 40ème anniversaire du musée et jardin de sculptures Barbara Hepworth

Actualités - 19/04/2016 - Article : Barbara Fecchio

C’est en avril 1976, un an après la disparition de Barbara Hepworth, que « Trewyn Studio », l’atelier de Saint Ives en Cornouailles où l’artiste vivait et travaillait, devient le musée et jardin de sculptures Barbara Hepworth. Le musée ouvre au public grâce à Alan Bowness, beau-fils de l’artiste qui deviendra ensuite directeur de la Tate Gallery. Quarante ans après son ouverture, le musée et jardin de sculptures Barbara Hepworth, confié à la Tate St Ives en 1980, attire toujours beaucoup de visiteurs et expose les œuvres de l’artiste selon les instructions laissées dans son testament.

Barbara Hepworth, née à Wakefield (Yorkshire, Angleterre) en 1903, entreprend des études d’arts appliqués à Leeds puis au Royal College of Arts à Londres, où elle côtoie, entre autres, l’artiste Henry Moore. Barbara Hepworth commence à constituer son œuvre en privilégiant des figures humaines ou animales sculptées dans le marbre, comme Doves (1927), Mother and Child (1927) ou Standing Figure (1929-30). Il faudra attendre 1932 pour découvrir la première forme abstraite, la fameuse Pierced Form en albâtre rose, qui sera malheureusement détruite durant la guerre.  Vers la fin des années 1930, l’atelier de Hepworth, partagé avec son deuxième mari, le peintre Ben Nicholson, était devenu un point de référence de l’art abstrait en Angleterre.  

Ce n’est qu’en 1939 que Barbara Hepworth, Ben Nicholson et leurs quatre enfants s’installent à Saint Ives, en Cornouailles : la deuxième Guerre Mondiale venait alors d’être déclarée. L’artiste doit s’arrêter de travailler pendant quatre ans : par manque de moyens, d’espace mais surtout avec des exigences familiales considérables. Barbara Hepworth reprendra son travail en 1943. C’est à ce moment là que le changement de son regard artistique devient visible, tangible : le paysage de Cornouailles traverse sa rétine, circule dans son corps et se traduit dans ses sculptures. L’expérience du paysage influence sa production artistique de manière incontestable : avec ses œuvres, elle essaie de créer de l’espace à l’intérieur de la sculpture, d’ouvrir la forme. Elle souhaite que chacun puisse se projeter à l’intérieur des ses sculptures de la même façon qu’elle se projetait dans le paysage qui l’entourait. De la même façon que le vent et la mer façonnent le paysage, sa main façonnait ses œuvres : on retrouve donc des spirales, des mouvements, des courbes, des espaces vides.

En 1949, elle achète enfin les ateliers de Trewyn, car elle avait besoin d’un espace bien plus vaste pour pouvoir travailler. Comme elle l’explique dans un entretien : « Trouver les ateliers de Trewyn a été de l’ordre du magique. Il y avait un atelier, une cour et un jardin où je pouvais travailler à ciel ouvert ». 1

Les ateliers de Trewyn ont subi plusieurs modifications, s’adaptant aux besoins de l’artiste : l’utilisation de nouveaux matériaux, les dimensions parfois monumentales de ses œuvres, le fait que l’atelier deviendra aussi sa demeure… Néanmoins, ce que nous voyons aujourd’hui reproduit le plus fidèlement possible l’atmosphère et l’agencement des ateliers à l’époque de leur utilisation.

Le jardin de sculptures est adjacent à l’atelier : il descend doucement du nord-ouest au sud-est, ouvrant sur le panorama de la baie de Saint Ives. Il est composé de trois terrasses communicant grâce à des chemins en béton, en gravier ou en bois. Un étang, plusieurs variétés d’arbustes, le magnolia planté en 1950 par Hepworth elle-même, sa collection de cactus, les plantes ornementales, un poirier pleureur, les assises en béton, les oiseaux : autant Barbara Hepworth a choisi l’implantation des sculptures avec soin et rigueur, autant elle a choisi une partie de la végétation selon sa texture et ses qualités sculpturales. Ce qui fait que ce jardin est non seulement vivant et habité par les vingt-et-un sculptures de l’artiste, mais aussi en parfaite harmonie avec la végétation qui l’entoure : sculpture et nature fusionnent comme dans une composition musicale. Four Square (Walk Trough) (1966), la  plus grande sculpture en bronze du jardin, qui dépasse les quatre mètres de haut, et encadre non seulement le paysage à proximité, mais aussi la mer aux pieds de la colline de Barnoon Hill, d’où surgit le jardin, en est un parfait exemple.

« Elle a travaillé avec le compositeur Priaulx Rainier pour developper minutieusement ce jardin. C’est un sanctuaire, enveloppé par un incroyable sentiment de paix. » Sara Matson – Conservateur, Tate St Ives. 2

Pour une visite immersive dans le jardin de sculptures, nous vous invitons à découvrir la vidéo interactive Barbara’s Garden, proposé par la Tate Gallery.

Barbara Hepworth Museum and Sculpture Garden
Barnoon Hill, Saint Ives
TR26 1AD
Royaume-Uni 

À partir du 1er mars 2016
Tous les jours de 10h à 17h20 (dernière entrée 17h)
Email visiting.stives@tate.org.uk
Tél. : +44 (0)1736 796 226

Notes

1 « Finding Trewyn Studio was a sort of magic. Here was a studio; a yard and a garden where I could work in open air and space. » Source : https://www.youtube.com/watch?v=8PPM8foaH_k
2
«  She worked with a composer, Prialux Rainier, and they decided that they were going to develop this garden, and it was evolved very carefully. It is a sanctuary;  it has an incredible peaceful feel about it. »  Sara Matson – Conservateur, Tate St Ives. Source : https://www.youtube.com/watch?v=8PPM8foaH_k

Commentaires (0)

    Ajouter un commentaire