Harbour Arts Sculpture Park

Actualités - 26/02/2018

Le Harbour Arts Sculpture Park, situé sur le front de mer du centre de Hong Kong, a été inauguré en février 2018. Ce projet est l’aboutissement d’un plan prévu à l’origine pour le quartier environnant et conçu par les fondateurs du Hong Kong Art Center pour être enfin inauguré cette année, alors que l’organisation fête son quarantième anniversaire. Cette exposition inaugurale était dirigée par Tim Marlow, directeur artistique de la Royal Academy of Arts, et par Fumio Nanjo, directeur du Mori Art Museum et directeur des programmes internationaux de la Hong Kong Art School.

Le Harbour Arts Sculpture Park est le premier projet de cette envergure à Hong Kong. Avec des œuvres d’art public de 19 grands artistes contemporains, locaux et internationaux, venant de 7 pays différents, il vise à rivaliser avec les parcs de sculptures similaires autour du monde.

L’ouverture du parc coïncidait non seulement avec le quarantième anniversaire de HKAC, mais également avec le Hong Kong Art Month, qui fait intervenir collaborateurs publics et privés pour consolider la position de Hong Kong en tant qu’acteur sur la scène internationale de l’art. Tim Marlow, l’un des commissaires de l’exposition, a qualifié ce projet de « musée sans murs » visant à présenter des œuvres d’artistes internationaux qui méritaient d’être exposés dans cette ville internationale et à enrichir la vie culturelle du public.

Bien que le parc s’étende sur différents sites, les œuvres semblaient souvent un peu à l’étroit et certaines d’entre elles quelque peu écrasées par le gigantisme de la métropole. Malgré ces difficultés liées à l’espace, de nombreuses œuvres se démarquaient magistralement. 

Hong Kong Blues (2018), de l’artiste pakistano-britannique Rasheed Araeen, a clairement été spécifiquement conçue pour le site. L’œuvre d’Araeen créait un dialogue avec son environnement, faisant écho à l’esthétique des bâtiments commerciaux qui l’entouraient avec un bleu vif qui faisait allusion à l’architecture et peut-être aussi aux sentiments qu’inspirent les structures environnantes. Ce travail était caractéristique de la pratique artistique d’Araeen, marquée par son expérience en tant qu’ingénieur, par le minimalisme américain et par son désir de créer des œuvres universelles.

Parmi les autres œuvres iconiques de l’exposition, on pouvait également trouver Pumpkin: big (2008) de Yayoi Kusama, installée sur les quais du port, rappelant l’emplacement de sa première œuvre en extérieur sur l’île de Naoshima au Japon datant de 1994. Les citrouilles ont commencé à apparaître dans l’œuvre de Kusama en 1946 et l’artiste fut couverte d’éloges pour avoir su intégrer un exemple de « Nihonga », un nouveau style de la peinture traditionnelle japonaise qui s’est développé au début du 19ème siècle. Kusama est devenue connue pour ses grandes sculptures de citrouilles en plein air qui sont maintenant exposées dans le monde entier.

Gimhongsok est un artiste coréen accompli, à la fois peintre, sculpteur, artiste de scène et vidéaste. Il utilise souvent des objets de la vie quotidienne pour inviter son public à un dialogue sur les idées préconçues et les valeurs conventionnelles de la société et de l’art. Avec Bearlike Construction, la forme de l’ours en peluche est immédiatement identifiable, mais elle est constituée de sacs poubelles en bronze plutôt que de matériaux conventionnels. A l’origine, Gimhongsok a conçu cette œuvre comme trait d’esprit sur les piles de sacs d’ordures qu’on peut trouver au coin des rues de New York.

Non loin de là se trouve une œuvre de Tracey Emin intitulée A Moment Without You (2017), une sculpture de bronze faite de longs bâtons surmontés d’oiseaux, installée à Hong Kong en hommage à son ami défunt Sir David Tang. Cette œuvre retravaille Roman Standard (2013), une œuvre que l’artiste avait conçue comme réinterprétation des symboles traditionnels du pouvoir masculin.

Selon l’artiste Morgan Wong, qui réside à Hong Kong, son œuvre A Time Capsule of Some Day « invite le public à penser à ce que Hong Kong pourrait devenir, un jour ». Cette œuvre est développée autour de sa série Time Needle. Elle est composée d’une pièce de marbre qui fait penser à une pierre commémorative, placée au-dessus d’une barre de métal sculptée en forme d’aiguille contenant de la poussière de métal. Cette œuvre s’inscrit dans une série sur laquelle Wong est en train de travailler et qui s’inspire d’une allégorie chinoise consistant à limer une barre de métal jusqu’à l’obtention d’une aiguille _ une méditation sur la durée et la détermination.

Kacey Wong, lui aussi de Hong Kong, a également créé une œuvre in situ. Asteroids and Comets est installée juste à côté du tristement célèbre « dark corner » où ont eu lieu les manifestations de la Révolution des parapluies. Pour Wong, activiste du mouvement, le site est chargé politiquement et émotionnellement. Au sujet de son œuvre Wong explique : « Alors que j’installais cette œuvre, je pensais au « dark corner » et d’une certaine manière j’explorais également le trou noir de l’univers ». Ces structures linéaires invitent à la participation du public et Wong encourage à pénétrer et à s’immerger dans ces gigantesques constructions.

Speech Bubble Tree, de l’artiste américain Hank Willis Thomas, attire elle-aussi l’attention sur le potentiel émotionnel de l’espace public. Ses énormes bulles de BD affichent les mots : « The Truth is I Love You ». En anglais d’un côté, en chinois de l’autre. Caractérisée par une universalité qui transcende les frontières culturelles, son œuvre a pour but de défier la signalétique urbaine traditionnelle. Willis Thomas explique : « ça peut paraître un peu à l’eau de rose, mais en même temps la plupart des panneaux que l’on voit dans l’espace public affichent des directions ou visent à nous inciter à acheter quelque chose. J’aimais donc vraiment l’idée de faire quelque chose qui s’adressent aux gens mais qui les fasse se sentir bien, et acceptés au sein de l’espace public. »

Le Harbour Arts Sculpture Park comptait bien d’autres œuvres iconiques d’artistes internationaux. Au sein d’une ville qui jusqu’ici n’avait jamais proposé une expérience artistique de cette envergure, cette initiative a constitué une étape importante dans l’histoire de l’art public à Hong Kong.

Harbour Arts Sculpture Park
Du 22 février au 11 avril
Central and Western District Promenade, The Hong Kong Arts Centre, The Hong Kong Academy for Performing Arts, Western Garden, Edinburgh Place (Hong Kong)

Commentaires (0)

    Ajouter un commentaire