• julie chaffort, Somnambules, installation vidéo, 2016 © Fondation Bullukian
  • julie chaffort, Somnambules, installation vidéo, 2016 © Fondation Bullukian
  • julie chaffort, Somnambules, installation vidéo, 2016 © Fondation Bullukian
  • julie chaffort, Somnambules, installation vidéo, 2016 © Fondation Bullukian
  • julie chaffort, Somnambules, installation vidéo, 2016 © Fondation Bullukian
  • julie chaffort, Somnambules, installation vidéo, 2016 © Fondation Bullukian
pause 1/6 Photos

Julie Chaffort, Somnambules à la Fondation Bullukian

Actualités - 04/11/2016 - Article : Olivier Gabrys

Julie Chaffort, lauréate de la troisième édition du Prix Bullukian, propose, dans l’espace de la fondation à Lyon, jusqu’à la fin décembre, une singulière expérience de présence au monde, une nouvelle aventure du sensible.

Seul spectateur privilégié de ce début d’après-midi, je m’installe devant les trois écrans, me laisse guider dans ce bain de nature. Un bain de verdure et de sons, qui parle à nos espaces profonds, à nos tripes.

Julie  Chaffort  invite  sept  chanteurs  de  pratiques  et  d’horizons  différents,  dans  les paysages de La Petite Escalère, lors de sa récente résidence dans ce jardin de sculptures, sur les bords de l’Adour, à la frontière des Landes et du Pays Basque. Elle les immerge dans la végétation, cadre touffu d’herbes et de branches en mouvement, les écoute avec patience, les saisit. Des plans du jardin, aubes brumeuses ou sous-bois inondés, accompagnent les portraits de ces explorateurs de la voix. Regards, visages  et  corps  habités, connus  ou à découvrir, émus, suspendus, à l’affût, offerts, devant la caméra de l’artiste, à une intense intériorité, précieuse et rare.

Filmés individuellement, en plan rapproché, ils se confrontent à leur présence à l’espace, au territoire, à la force et à la beauté de la nature. Des silences et des ruissellements. Attendant la nécessité du cri, du chant, du frémissement. De la vibration.

Les registres du chant a cappella se confondent, s’étirent et se répondent : pop, lyrique, improvisations ténues, gutturales ou aiguës, résonances de cathédrale végétale, grondements de rock métalleux. Comme de riches appels aux oiseaux, au vent qui caresse, aux fantômes du passé…

L’œil de Julie Chaffort guette, accueille la concentration, la libération, l’épuisement, l’abandon à des forces vitales, souterraines, qui laissent parfois ces solitudes éprouvées, dépouillées. Présences nobles et fières, toutes à l’émotion d’une place conquise, revendiquée par le son. La plasticienne agence les images habitées pour inventer de subtils dialogues de regards et de souffles, fortuits, des parallèles de trajectoires, entre ces visages qui scrutent et interrogent l’horizon.

Le temps s’écoule et je vibre, je voyage avec eux, ces femmes et ces hommes traversés par un  lieu, un moment, m’invitant à questionner à mon tour les territoires qui m’entourent, à me les approprier autrement. Et ces espaces à l’intérieur de moi. Langue qui roule et claque dans ma bouche. When I am laid in earth… Les  mots de Purcell persistent et m’encouragent au souvenir. De retour dans la ville, je me fais chasseur, aux aguets. Tous les sens en éveil, je ne suis plus tout à fait le même.

Julie Chaffort, née en 1984, a étudié à Bordeaux et à New  York. Elle vit et travaille à Bordeaux. L’exposition Somnambules  consiste en une installation vidéo (durée 55 minutes) qui se déploie sur trois vidéoprojections simulténées. Elle est visible jusqu’au 31décembre 2016, du mardi au vendredi de 14h à 18h30 et le samedi de 13h à 19h.

Fondation Bullukian
26 place Bellecour
69002 Lyon – France
T: +33 (0)4 72 52 93 34
bullukian.com

Commentaires (0)

    Ajouter un commentaire