• El Anatsui, Fresh and fading memories, 2007, Palazzo Fortuny, venise © El Anatsui
  • El Anatsui, TSIATSIA searching for connection, 2013, 156 x 250 cm, Royal Academy of Arts (Londres)
  • El Anatsui, TSIATSIA searching for connection, 2013, 156 x 250 cm, Royal Academy of Arts (Londres). Photo: Jonathan Greet Image, courtesy of October Gallery, Londres.
  • El Anatsui, Broken Bridge, 2012, Paris Triennial 2012, le Palais de Tokyo (20 avril — 26 août 2012). Photo by Erik Lasalle.
  • El Anatsui, Who Knows Tomorrow, 2010, Alte Nationalgalerie, Berlin, Allemagne. Photo : Haupt & Binder
  • portrait de El Anatsui, 2008. Photo : Uche James Iroha.
  • El Anatsui: Meyina vue d'expo du premier etage. Photo Maarten van Haaff
  • expo El Anatsui: Meyina. détail : El Anatsui, Untitled, 2016, 260 x 460cm. Photo Maarten van Haaff
  • Expo El Anatsui: Meyina. Détail : El Anatsui, Untitled, 2016, 260x 250cm. Courtesy of the artist.
  • Détail : El Anatsui, Horizon, 2016, Bottle Caps, 225 x 417cm. Courtesy the Artist
  • Expo El Anatsui: Meyina. El Anatsui, Untitled, 2016, 260 x 460cm. Courtesy of the artist. Photo Maarten van Haaff
pause 1/11 Photos

L’importance de la matière : El Anatsui

Œuvres - 17/03/2017 - Article : Anne Berk

Les passants continuaient leur chemin, sans remarquer quoique ce soit. Mais El s’est arrêté pour ramasser ce sac poussiéreux rempli de capsules de bouteilles, et il en a fait de l’or. « Je cherchais quelque chose d’éthéré. Je voulais vraiment émouvoir les gens. » 

El Anatsui (1944), connu sous le nom de « El », est un artiste ghanéen issu de la tribu Ewe, mais il a passé la plus grande partie de sa vie au Nigéria, où il enseignait à l’université de Nsukka. A 56 ans, il atteint une notoriété internationale en transformant des milliers de capsules de bouteilles en gigantesques structures lumineuses, faisant ainsi référence, sous couvert de la beauté, à l’abstraction globale, à l’histoire de l’Afrique, aux textiles indigènes, et à la vie comme processus de changement. En 1990 et en 2007, il participe à la Biennale de Venise, et couvre les murs de l’Arsenal et du Palais Fortuny de ses sculptures spectaculaires.
Aujourd’hui, la conservatrice Bisi Silva revient sur la carrière de ce sculpteur de 72 ans avec une exposition biographique à la Prince Claus Fund Gallery à Amsterdam comportant des oeuvres datant du début de sa carrière, des coupures de journaux, ses livres et sa musique préférés, des dessins de son mentor Uche Okeke, un film de la spécialiste d’art africain Susan Vogel et, enfin, quelques-unes de ses impressionnantes tentures murales malléables. De loin, les scintillements de la lumière et l’agencement des capsules de bouteilles sont un plaisir pour les yeux. Mon corps répond aux ondulations des formes et à la taille démesurée de l’oeuvre. Je me sens énergisée. Mais en m’approchant, le rêve d’une transcendance se brise en une multitude de capsules de bouteilles récupérées.

Flexibilité
Imaginez la patience dont il a fallu faire preuve pour réaliser cela !
Dans son film Fold Crumple Crush: Art of El Anatsui (2011), la spécialiste d’art africain Susan Vogel nous éclaire sur ce long processus. Pendant deux ou trois mois, une quarantaine de jeunes hommes issus de la communauté locale ont coupé, martelé, et plié les capsules. Ils les ont ensuite liées les unes aux autres à l’aide d’un fil de cuivre pour créer des blocs souples, flexibles. Puis vient le moment où El crée sa composition. Après avoir tracé les lignes sur le sol, il continue à manipuler les blocs et à prendre des photos digitales pour mieux apprécier le résultat, jusqu’à obtenir satisfaction.
« Je suis un sculpteur », insiste El, mais il défit la notion traditionnelle de sculpture comme art tridimensionnel et statique. On ne peut pas se cogner dans ses œuvres.  Ses structures souples s’adaptent à leur environnement, que se sont en intérieur ou en plein air. Et pourtant, en couvrant les murs, les façades de bâtiments, les haies ou les arbres, elles ne répondent simplement aux lois de la gravité. Leurs plis ondulants semblent avoir une vie qui leur est propre.
Pour El, cette flexibilité physique est une métaphore d’une certaine mentalité. « Je crois à l’élément du changement. La vie est toujours soumise à des flux. Mon travail reflète cela en créant une forme qui est libre, qui se contracte et se gonfle, qui peut être exposée de différentes façons, sur des murs, des haies… Quand ses œuvres sont exposées en extérieur, El ne se préoccupe pas de l’altération, ce qui mène à des discussions échauffées avec les directeurs de musées.  A Venise, mon œuvre était dehors pendant six mois, et quand elle est revenue, j’ai constaté que le sel et le vent l’avait détériorée. Elle portait la patine de l’âge. Maintenant je me sers de cela, pour blanchir les capsules au soleil. La dégradation est bienvenue. En tant qu’êtres humains, nous vieillissons et nous changeons. On apprend à vivre avec.

Textile
Ses tentures métalliques souples sont souvent associées au textile, et plus particulièrement au tissu kenté, qui est constitué de fines bandelettes de tissu cousues ensemble. Le père et le frère d’El étaient tisseurs de kentés. A-t-il été inspiré par ces somptueux tissus ghanéens autrefois portés par les chefs de tribu comme signe de richesse? El admet qu’il provient d’une forte tradition kenté, mais que la signification de son travail ne se limite pas qu’à cela. Coïncidence : la palette de couleurs des capsules de bouteilles se trouve être la même que celle des kentés. « Au début, je ne tenais pas compte des couleurs des capsules – les rouges, les noires, les blanches et les jaunes étaient toutes là. Alors j’ai commencé à en prendre conscience également. La plupart du temps, l’art vient du hasard. Dans ce processus, vous créez un langage. »
Esthétiquement et en terme de signification, El semble être motivé par les propriétés du matériau. « Les capsules sont une référence forte à l’histoire de l’Afrique. L’alcool est devenu, au final, un des produits du trafic d’esclaves transatlantique. »

Racines africaines
El Anatsui a atteint la majorité après l’indépendance. En 1957, les anciennes colonies britanniques de la Côte-de-l’or et du Togoland deviennent le nouvel état du Ghana. Mais les écoles d’art africaines avaient besoin d’être réformées. « Elles étaient toutes des ramifications d’écoles d’art occidentales. On nous enseignait la Renaissance. Le curriculum était plus britannique que ghanéen. Nous sentions que quelque chose manquait, et c’est ce qui nous a poussé, mes collègues et moi, vers une quête de notre propre culture. Nous nous sommes enrichis en connaissant à la fois l’art occidental et l’art africain. »
El était ravis quand il  a découvert les symboles des indigènes Adinkra, qui représentent des concepts et des aphorismes. On disait que l’Afrique ne possédait pas de tradition écrite, mais ces symboles sont une forme de communication, à travers l’art. « A l’origine, les symboles Adinkra étaient imprimés sur des tissus que l’on portait pour les enterrements. Ils devaient parler de la vie! Ces symboles étaient répétés sur le tissu, mais j’en ai isolé un et l’ai reproduit au centre d’un plateau de bois, pour renforcer sa signification. »
Par la suite, El invente ses propres symboles. Ses reliefs en bois des années 90, gravés au rythme de points et de lignes, semblent abstraits. Mais, pour El, c’est en perforant et brûlant les lattes de bois, en les marquant brutalement à la tronçonneuse qu’il raconte l’histoire de l’Afrique, et tout particulièrement l’année 1884, marquée par la conférence de Berlin, alors que les puissances coloniales se partagent le continent. « J’ai pensé à déchirer les matériaux en petits morceaux. »

Objets trouvés
Après ses sculptures de bois, El a commencé à travailler avec les capsules. El adore les objets trouvés, parce qu’ils font partie de la vie. « Si, par exemple, je travaillais avec du bronze, c’est distant. Les gens ne peuvent pas s’y associer. Quand vous touchez des choses qui ont été utilisées auparavant, il se crée une connexion. Parce qu’elles ont été utilisées par l’homme, elles ont une histoire.
L’utilisation d’objets trouvés n’est pas une nouveauté en Afrique. Cela existait depuis le début. Dans l’art traditionnel africain, les matériaux comme le bois, la peau ou les plumes provenaient de l’environnement dans lequel évoluaient les artistes. Je voulais transmettre un héritage à mes étudiants. Faire quelque chose de grand, d’étourdissant pour l’observateur. Des centaines, des milliers de capsules de bouteilles. Prenez-le, appropriez-le vous, et transformez-le en quelque chose de nouveau! »

Interprétations multiples
Le travail d’El est souvent constitué de fragments qui, assemblés, forment un tout, et cela vient d’une motivation qui lui est personnelle. A son insu, El a été élevé par son oncle et sa tante. Dans un film de Susan Vogel, il se souvient du choc qu’il a ressenti quand il a découvert qu’il n’était pas leur enfant naturel. Le père biologique d’El avait cinq femmes avec lesquelles il avait eu trente-deux enfants. El était l’un d’eux. « Je me suis demandé : Qui suis-je ? ». En quête de son identité, il a décidé de choisir son propre nom : El Anatsui. A 29 ans, il accepte avec enthousiasme l’invitation de Uche Okeke à enseigner à l’université de Nsukka, au Nigéria, où il vit encore aujourd’hui. Célibataire. « J’utilise des fragments à cause de l’histoire de ma famille, parce que je ne vis pas près d’elle, parce que je ne vis pas dans mon pays. »
Bien souvent, le travail d’El a des significations cachées, mais il ne veut pas les imposer au spectateur. Il préfère laisser son travail ouvert à différentes interprétations. « Comme ma langue maternelle Ewe, qui est tonale. Un mot écrit peut avoir différents sens à l’oral. J’aime quand les choses restent en partie indéterminées. »

Meyina
Jusqu’au 28 avril 2017

Prince Claus Fund
Herengracht 603, 1017 CE
Amsterdam
princeclausfund.org

Commentaires (0)

    Ajouter un commentaire