• Matthieu Pilaud, La Hache et la rose, 2014-2015, Sapin de Douglas, acier inoxydable Photo Kerguéhennec
  • Roland Cognet, Chêne, 2014, Photo Kerguéhennec
  • Pierre-Alexandre Remy, Portrait cartographique, 2012, Coll. Département du Morbihan Photo Kerguéhennec
  • Matthieu Pilaud, La Hache et la rose, 2014-2015, Sapin de Douglas, acier inoxydable Photo Kerguéhennec
  • Marta Pan, Parcours flottant, 1986 – Coll. Centre national des arts plastiques Photo D. Dirou
  • Étienne Hajdu, Sept colonnes à Stéphane Mallarmé, 1969-1971 Coll. Frac Bretagne Photo D. Dirou © ADAGP, Paris 2016
  • Étienne Hajdu, Sept colonnes à Stéphane Mallarmé, 1969-1971 Coll. Frac Bretagne Photo D. Dirou © ADAGP, Paris 2016
  • Giuseppe Penone, Sentier de Charme, 1986 – Bronze, charme Coll. Frac Bretagne © ADAGP, Paris 2016 Photo Kerguéhennec
  • Élisabeth Ballet, Trait pour trait, 1993 – Acier inoxydable, Coll. Centre national des arts plastiques © ADAGP, Paris 2016 Photo D. Dirou
  • Marcel Dupertuis, Lichtung 1 (Clairière), 2013 Photo Kerguéhennec
  • Richard Artschwager, Step to entropy, 2003, Coll. Centre national des arts plastiques Photo D. Dirou © ADAGP, Paris 2016
  • Markus Raetz, Mimi, 1979-1986 –Coll. Centre national des arts plastiques, Photo D. Dirou © ADAGP, Paris 2016
  • Julien Perrier,Ludwig, 2014 Photo Kerguéhennec
  • Jean-Gabriel Coignet, Ana 2.108.1210.F.D.D., 2001 Photo Kerguéhennec
  • Nicolas Fedorenko, Paysage spirituel, 2014 Photo Illés Sarkantyu
pause 1/15 Photos

Le parc de sculptures du Domaine de Kerguéhennec

Destinations - 29/09/2016 - Article : Barbara Fecchio

Cette année, le parc de sculptures du Domaine de Kerguéhennec (département du Morbihan) fête ses 30 ans. À cette occasion, nous avons interviewé Olivier Delavallade, directeur du Domaine de Kerguéhennec. 

Sculpture Nature : Depuis cinq ans vous êtes à la tête du Domaine du Kerguéhennec. Pourriez-vous présenter brièvement les missions principales que vous avez mises en place depuis votre arrivée, en 2011 ?

Olivier Delavallade : Le projet tient en trois mots : art, architecture, paysage. C’est précis mais cela reste ouvert. Ce qui est au cœur de notre mission, c’est le dialogue entre patrimoine et création. Comment ces notions se fécondent mutuellement. Les artistes comme le public sont profondément intéressés par ces questions.

Cette année vous célébrez le 30e anniversaire du parc de sculptures. Quelles sont les activités prévues pour cet anniversaire ?
Nous présentons une exposition avec le Frac Bretagne, sur la question du Paysage, parce que le Frac est à l’origine de ce lieu en tant que lieu d’art et de création et que nous avons en commun avec lui la question du paysage, qui est l’un des axes forts de sa riche collection. D’autre part, un jeune artiste, Simon Augade, a été invité au printemps, dans le cadre d’une résidence, à créer la 33e sculpture du parc ; une œuvre monumentale au cœur du Domaine, dans l’ancien potager. Une œuvre qui parle autant de sculpture que d’architecture et de paysage. C’est une très belle réalisation qui démontre, s’il le fallait, la pertinence et la vitalité de la jeune scène artistique dans notre pays.

Concernant les résidences d’artiste, en moyenne cinq par an, quels sont les critères de sélection ? Comment les artistes travaillent-ils durant leur période de résidence ? Y a-t-il un échange entre l’artiste et le public, durant et/ou après leur permanence ?
Il n’y a pas d’appel à projet mais des invitations à des artistes que nous sollicitons parce que nous pensons que leur venue en résidence à Kerguéhennec est utile autant au développement de leur propre réflexion qu’au lieu dont elle va se nourrir. Les œuvres créées sur site sont présentées dans le parc. Des temps de rencontre sont organisés par le pôle des publics et de l’action territoriale, in situ et hors-les-murs.

Dans un souci d’ouvrir le Domaine de Kerguéhennec au plus grand nombre, quelles sont les activités pédagogiques et de médiation mises en place et quelle est la réponse du public ?
Au cœur de la transmission, il y a la rencontre avec le lieu, dans toutes ses dimensions (architecturale, paysagère, historique, écologique…), les œuvres et les artistes. La pratique artistique y tient une place importante : voir, parler de ce que l’on voit, et faire, aussi, sans prétendre devenir un artiste mais simplement pour éprouver le réel autrement.

Comment évolue le parc de sculptures de Kerguéhennec ? Comment une nouvelle sculpture peut-elle intégrer le parc ?
On a souvent distingué les  parcs de sculptures de 1ère et seconde génération, les premiers étant plutôt des musées à ciel ouvert, les seconds plus inscrits dans une réponse au paysage et à l’environnement. Il va falloir penser, peut-être, à des parcs de troisième génération, davantage tournés vers les usages et les pratiques des visiteurs. Ce sont les artistes, encore une fois, qui apporteront des propositions et feront évoluer les choses. Nous ne savons pas encore ce qui adviendra… ce qui rend l’aventure passionnante !

Un avant-goût des prochaines activités du parc, en 2017 ?
Nous allons justement nous intéresser aux usages du parc. Que vient-on faire dans un tel lieu ? Se promener, se reposer, jouer, manger ? La réflexion et la création architecturales y trouveront toute leur place, à travers la création de fabriques ou de folies.

Sculpture Nature : qu’est-ce que ce binôme vous évoque ?
La relation entre art et nature est au cœur de notre réflexion. Cette vieille question philosophique se retrouve au cœur du débat artistique et politique contemporain. Elle est aussi passionnante qu’inépuisable. Les créations des artistes que nous invitons sont autant de réponses… et de questions !

Avez-vous un parc de sculptures à conseiller à nos lecteurs ?
Si nous restons en France, Vassivière-en-Limousin. C’est un lieu étonnant, une île sur un vaste lac, au cœur d’une magnifique région. Les œuvres sont de grande qualité. Comme à Kerguéhennec, un centre d’art s’est développé au cœur de l’île et du parc.


Domaine de Kerguéhennec
Une propriété du Département du Morbihan
56500 Bignan
02 97 60 31 84
kerguehennec.fr

Entrée libre et gratuite
Fermeture annuelle (sauf parc) :
du 7 novembre au 6 décembre 2016
Toute l’année :
tous les jours, 8h-21h : Parc de sculptures
accès & infos pratiques

Commentaires (0)

    Ajouter un commentaire