• bernar venet, Arcs in disorder: 3 Arcs x 4, 2002-2003, acier Cor-ten, Place 15 Mars ( Pont Elizabeth), Budapest
  • bernar venet, Arcs in disorder: 3 Arcs x 4, 2002-2003, acier Cor-ten, Place 15 Mars ( Pont Elizabeth), Budapest
  • bernar venet in front of Arcs in disorder: 3 Arcs x 4, 2002-2003,acier Cor-ten, Place 15 Mars ( Pont Elizabeth), Budapest
  • bernar venet, Disorder: 9 Uneven Angles, 2015, acier Cor-ten, Union Square (17e rue), New York
pause 1/4 Photos

Les sculptures publiques de Bernar Venet à Budapest et à New York

Actualités - 28/05/2016 - Article : Aniko Erdosi

Les villes ont-elles leur propre psyché? Au sens jungien, sans aucun doute. C’est un plasma dense, en perpétuel mouvement, nourri par leur géographie, leur histoire, leur architecture et par les vies et les parcours des individus qui les peuplent et les respirent chaque jour. Pour la connaître et y accéder, il faut passer du temps dans la ville. On peut alors sentir son pouls, comprendre sa psyché et la percevoir sous de nouveaux angles.

Ce sont les monumentales sculptures d’acier de l’artiste français Bernar Venet, actuellement exposées sur deux places publiques bien connues des villes de Budapest et de New York, qui ont inspiré cette réflexion. Que signifie tout cela ? Pour la plupart, sans doute pas grand-chose, mais l’auteur de ces lignes se trouve avoir vécu la majeure partie de sa vie d’adulte dans ces deux villes si diamétralement opposées et n’a pu résister à la tentation d’observer le parallèle entre ces sculptures, leur nature et le dialogue qu’elles amorcent, avec leur environnement du moment.

Arcs in disorder: 3 Arcs x 4 est une sculpture d’acier de huit tonnes créée par Venet en 2002-2003. Elle a été installée à Budapest en octobre dernier, un mois avant l’ouverture de Art Market Budapest, dont les organisateurs ont travaillé en collaboration avec la municipalité afin d’introduire l’oeuvre dans cette ville riche de ponts et de monuments historiques. Installée le long du Danube sur une place publique très animée, chacune des trois immenses sculptures consiste en une série d’arcs de cercle disposés en différentes couches légèrement décalées les unes par rapport aux autres, créant ainsi des formes circulaires quelque peu désordonnées. Sur cette place gazonnée où les piétons peuvent se promener et circuler autour des sculptures, elles s’intègrent parfaitement au paysage urbain. Avant d’arriver à Budapest, l’oeuvre a été exposée dans différentes villes, la dernière en date étant Vienne, au palais du Belvedere. Le lien entre Venet et la Hongrie ne semble à première vue pas évident, et pourtant, dans une interview, l’artiste mentionnait qu’au cours des 20 dernières années il a réalisé ses compositions d’acier en partenariat avec l’acierie hongroise Szalai. Avec cette installation et l’exposition de la Vass László Collection dans la ville de Veszprém en octobre dernier, beaucoup de ses sculptures retrouvent donc, en quelque sorte, leur pays d’origine.

Le mois dernier, une autre sculpture de Venet issue de sa série la plus récente Disorder: 9 Uneven Angles était érigée sur une des places les plus fréquentées et les plus populaires de New York. Installée au coin nord-est de Union Square et haute de 8 mètres, l’œuvre s’élève ambitieusement vers le ciel. Il s’agit cette fois-ci de neuf pièces d’acier angulaires de différentes tailles et légèrement décalées les unes par rapport aux autres, un trait caractéristique du vocabulaire formel de l’artiste. Sa composition ascendante permet à la sculpture de s’intégrer parfaitement à la verticalité quadrillée de la ville. Même les matériaux évoquent les bâtiments environnants et la structure architecturale de New York. La ville, construite principalement d’acier sur un sol de granite, partage avec l’œuvre ces mêmes matériaux et cette même énergie ascendante et nerveuse. Disorder: 9 Uneven Angles est présentée au public sur Union Square à l’occasion de la première exposition exclusivement dédiée à Venet qui a ouvert ses portes il y a quelques semaines à la Paul Kasmin Gallery, dans le quartier de Chelsea. Jusqu’au 18 juin, l’exposition présente d’autres sculptures angulaires de grande taille ainsi que des œuvres plus petites, des dessins et des maquettes offrant un aperçu de la démarche artistique de Venet.

Si les deux sculptures publiques que les citadins peuvent en ce moment découvrir à Budapest et à New York sont constituées des mêmes matériaux et sont de tailles comparables, elles proviennent en revanche de deux périodes distinctes dans l’œuvre de l’artiste et illustrent des explorations sculpturales différentes. Les Arcs de Budapest ont été créés alors que Venet travaillait sur des courbes et des lignes circulaires, tandis qu’Angles appartient à une période où il aimait expérimenter avec des formes angulaires. Les cercles représentent souvent l’unité, l’infinité et la féminité. Ils n’ont ni commencement, ni fin.  Les superpositions d’arcs de cercle d’Arcs nous guident vers de telles associations, mais elles échappent à un sens précis. Il n’y a ni commencement ni fin, mais le chemin ascendant, vers le ciel, est marqué par des interruptions ou des pauses. Le léger décalage entre les arcs donne l’impression de tentatives répétées pour dessiner un cercle, sans jamais parvenir à finir le geste. Le cercle est évoqué, mais jamais clos. Les triangles, quant à eux, symbolisent le pouvoir, la grandeur, la supériorité, et la masculinité. Ils sont la représentation visuelle de l’apogée de la réussite et associés à des notions telles que la capacité à surmonter les épreuves, l’ascension et l’atteinte d’un point culminant. Dans leur contexte actuel, les triangles dressés vers le ciel d’Angles ne font pas qu’évoquer simplement ces métaphores. Celles-ci semblent amplifiées par la ville qui les entoure. Une ville dont la psyché repose sur une base psychologique très similaire.

La dynamique psychologique du mouvement circulaire (tourner en rond) est très différente de celle qui consiste à constamment chercher à s’élever plus haut. A mes yeux, les sculptures de Venet, placées dans l’environnement urbain de ces deux villes, illustrent parfaitement ces mouvements si opposés. En soulignant la psyché sous-jacente des villes qui les accueillent, les deux œuvres semblent en devenir les symboles.

A propos de l’artiste: né en France en 1941, Venet a créé de nombreuses sculptures monumentales permanentes installées dans le monde entier, de Paris à Berlin, en passant par Cologne, Genève, Tokyo, Séoul, Beijing, Auckland, Denver, et San Francisco. Ses œuvres font partie de nombreuses collections privées mais également de près d’une centaine de collections publiques dans le monde entier. Mr. Venet vit à New York et vient de gagner, aux côtés de Kiki Smith, le International Sculpture Center’s Lifetime Achievement Award 2016. Depuis 1991, ce prix est décerné aux sculpteurs ayant contribué de façon exemplaire à cet art. En 2006, Venet a également été nommé chevalier de la Légion d’Honneur par l’Etat français.

venetfoundation.org

Commentaires (0)

    Ajouter un commentaire